Traverser le paysage avec son corps

A la recherche d’un point de vue.

Je marche, guidé par les émotions.  L’émotion pure sans entrave, sans limite, sans jugement.
Un regarde neuf, naïf, de découverte comme une première fois sur le paysage urbain qui m’entoure.
Ouvrir mon esprit, mon corps à la découverte par le sensoriel, prétexte à la rencontre, à l’échange.
Traduire par le dessin d’observation ce ressenti émotionnel qui m’est propre : une Lecture de Paysage.

La majesté du paysage illuminée par le Soleil

MARCHER SUIVANT LES RAYONS DU SOLEIL POUR SE LAISSER ALLER A LA (RE)DÉCOUVERTE

En balade, attentif au paysage qui se révèle, je suis à la recherche d’un point de vue pour me laisser surprendre par sa composition. Je dessine sur le vif, sur motif ces compositions urbaines associant immeubles, nature en ville et  percées sur un paysage lointain. Un temps suspendu à sa composition graphique, à la lumière, aux sonorités ambiantes, à la pointe du crayon, au glissé de la craie, du pinceau. Un temps de pose à dessiner, d’oubli de soit, de méditation où le paysage fusionne avec mon corps, mon esprit.

J’aime partagé mes pratiques artistiques avec un public pluriel, lors de balades urbaines dessinées et des ateliers créatifs à Marseille.

Exalté par un paysage même connu qui d’un coup se révèle comme une découverte suivant la lumière.


De la lecture à l’écriture de paysage

L’ART DE RIEN – poésie végétale en milieu urbain

Une réflexion sur notre rapport à la nature en ville à l’heure de l’anthropocène par le biais de la végétalisation et la valorisation du déchet.

Une manière d’aborder l’espace publique, d’aller à la rencontre d’un paysage, d’un lieu, de son quartier, de le (re)découvrir.
Un questionnement sur le vivre ensemble, les enjeux environnementaux par la présence du végétal et de la biodiversité qui sont liés en milieu urbain. La manière dont la ville et la nature se rencontrent, s’initient l’une dans l’autre, où la mauvaise herbe devient une herbe sauvage, folle.
Et écrire une poésie plastique du déchet jeté par terre.

>> Recherches actuelles d’écriture dans le paysage – espaces extérieurs de Buropolis